Chez Caerellyn et son petit Ecureuil


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Diplomatie, les cours

Aller en bas 
AuteurMessage
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Diplomatie, les cours   Sam 12 Fév - 22:22

Bien,je ne vais pas m'attarder sur les présentations maintenant,nous commençons tout de suite le cours.

Je n'ai pas de définition absolue de la diplomatie à vous soumettre. Je n'ai guère cette prétention, et d'ailleurs cela ne représenterait aucun intérêt. Bien sûr, au sens large, la diplomatie désigne l'ensemble des relations entre les États. Elle englobe donc notamment les affaires étrangères, la représentation d'un gouvernement en sol étranger, les négociations entre pays et la signature d'ententes formelles. En outre, si nous considérons le sens plus générique du mot, la diplomatie est également l'art de dire les choses sans froisser son interlocuteur. La négociation fine, faite avec doigté, intelligence et tact.

La diplomatie est intimement liée à la politique en ce sens qu'il s'agit d'une branche des sciences politiques; les deux domaines vont de pair selon l'actualité et leur action sur le judiciaire. Aussi, dans ces deux sphères, l'essentiel de l'énergie est dépensée à séduire l'autre pour tenter d'en obtenir quelque chose. Toutefois, la diplomatie n'est pas la politique, loin de là. Et il importe que vous en fassiez la distinction. Pour réussir en politique, il faut se montrer passionné afin de rallier le peuple dans un projet commun qui transcendera les vulgaires intérêts individuels. C'est tout l'opposé de la diplomatie, où le sang-froid et la modération dans les propos sont de mise, et où toute passion est à proscrire. Tandis que le politicien doit enflammer les foules, le diplomate doit rester sobre, posé, prudent. Il ne lui est pas permis de perdre son flegme.

La diplomatie n'est pas non plus un loisir de fanfarons qui pourraient croire qu'il s'agit du chemin le plus court vers la gloire facile. Par la male heure, la profession est peuplée d'une myriade d'ambassadeurs et même de chanceliers ignares, incompétents et arrogants qui n'ont aucune idée de ce qu'ils font. Ceux-là n'ont à l'esprit que les jolis titres vides annoncés par les huissiers quand ils font leur entrée dans les salons poudrés. Ils ne sont pas dignes de porter le nom de diplomates.

Le vrai travail d'un diplomate se fait dans l'humilité de l'ombre, loin des vivats des foules. S'il fréquente parfois les plus grands parmi les grands, là n'est pas l'essentiel de son office. Le diplomate oeuvre le plus souvent en coulisses, là où circule l'information et s'exerce son influence. Son entreprise est noble mais trop souvent méconnue: il est en effet bien difficile de compter les guerres qui, grâce à lui, n'ont jamais eu lieu. C'est pourquoi le métier peut également sembler ingrat aux chasseurs de gloire. Le diplomate ne recherche pas les honneurs: il trouve plutôt son bonheur dans la paix innocente de ses compatriotes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Diplomatie, les cours   Sam 12 Fév - 22:53

Citation :
Pour ce qui est des menaces,je ne considère pas cela comme de la diplomatie donc je n'en débatterais point.
Pour ce qui est des définitions de poste,cela varie de provinces en provinces,royaumes en royaumes mais je vous propose un ouvrage qui vous expliquera les deux fonctions qui ne changent de rôle que très rarement:
Les Fonctions aux ambassades



Bien,nous allons continuer en parlant de l'Etat et de la souveraineté:

L'État: à travers leur évolution de la barbarie à la civilisation, nos sociétés se sont organisées en États. Il s'agit de territoires définis par des frontières plus ou moins stables, et à l'intérieur desquels la population est ordonnée selon une certaine structure institutionnelle. Cet amalgame insaisissable, qui n'est en fait qu'un concept, s'incarne dans le chef d'État, qu'il soit comte, duc, roy ou empereur. L'État se voit soumis à l'autorité du chef d'État à travers un certain nombre de lois et de règles qui ont pour objet d'assurer l'ordre.

La souveraineté: cette autorité du chef d'État tient du fait qu'il est "souverain" en son territoire, avec quelques nuances que nous verrons au point suivant. On reconnaît généralement deux principes à la souveraineté. D'abord, Cujus Regio, Ejus Religio: telle la religion du roy, telle celle du pays. L'État possède l'autorité exclusive sur son territoire, et n'accepte l'ingérence de personne dans ses affaires internes. Ensuite, Rex Est Imperator In Regno Suo: le roy est empereur en son royaume. Ainsi, l'État ne connaît aucune autorité au-dessus de lui, mais reconnaît généralement les autres États comme ses égaux. Cela signifie par le fait même qu'un État peut ne pas reconnaître la souveraineté d'un autre, qu'elle soit réelle ou imaginé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Diplomatie, les cours
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Caerellyn et son petit Ecureuil :: L'université :: Diplomatie-
Sauter vers: