Chez Caerellyn et son petit Ecureuil


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le grand salon, la cheminée et son tapis

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Heimdal

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mar 29 Mar - 21:53

Heimdal savait ce qu’il devait donner comme boisson. L’hypocras où était cette boisson,
il ne le voyait pas. Il esquissa une grimaça et alla se renseigner vers Caerellyn. Le procureur
lui chuchota.


Tu aurais de L’hypocras dans ta cave ? C’est la boisson préférée de Luaine. Puis-je
en aller chercher ?


Il esquissa un sourire à Caerellyn en priant qu’elle en avait. Entre temps, il prépara l’assiette
pour Luaine. Elle était le centre de la conversation, normal puisqu’elle n’était pas encore connue
ou plutôt ses amis ne l’avaient jamais rencontré.
Il prit ça...ça...Un peu de ça...et ça....comme Luaine voulait. Il était heureux de l’avoir présenté
et n’avait aucune inquiétude à ce sujet. Il vint apporter l’assiette à Luaine avec la commande qu’elle
voulait. Puis lorsqu’elle la prit, il enchaina :


Dame Luaine, était-elle satisfait ou bien manque-t-il quelque chose ? Le liquide va arriver. Nous
sommes entrain de le presser en bas à la cave.


En même temps, il avait fait une petite courbette à sa charmante amie. Le barbu était d’humeur
festive ce soir. Voilà que Philivert était curieux de savoir si elle le connaissait depuis longtemps. Voilà
une bonne question, au fait il y a toujours des bonnes questions. Le plus intéressant était leur histoire.
Mais là la question n’était pas encore posé peut-être cela viendra. Heimdal laissa Luaine répondre à
la question. A ce moment, le procureur retourna vers le buffet pour se servir à son tour et prendre
ce qu’il avait envie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antoineleroy

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mar 29 Mar - 23:51

Sortant du Château du Conseil Comtal, Antoineleroy se mit à courir à travers les rues de la capitale afin de se rendre au Domaine de sa soeur de coeur, très chère amie de longue date avec laquelle de bien nombreuses routes furent traversées!

* Ne pas arriver en retard... Soirée très importante... Ne pas arriver en... *

Voila à peu près les pensées du Comte qui saluait tout de même les passants dans sa course folle, car il fallait bien le dire il aurait été plus intelligent de prendre une calèche pour un tel déplacement! Mais son séant était encore endolori du long voyage jusqu'à l'immense Palais du Louvre.
Le souffle court, son visage commençant à perler de sueur, Antoineleroy passa un revers de sa manche sur son front puis s'engouffra dans l'encadrement des grille de l'entrée du Domaine avant de traverser un magnifique jardin et de s'arrêter devant la porte en bois massif de l'entrée du bâtiment où il reprit son souffle quelques instants, les mains sur ses genoux.

Après avoir frappé de ses trois coups habituels, un valet lui ouvrit puis l'accompagna vers le grand salon où il s'empressa d'entrer sans faire attention au magnifique tapis jonchant le sol. C'est ainsi que dans son élan Antoine trébucha puis s'étala de tout son long dans un bruit amorti par la matière textile


" Non di dju! "

Il pesta de tous les noms puis se remit debout non sans ronchonner telle son habitude de vieux raleur... M'enfin il ne l'avait pas volée celle là le bougre!
Relevant la tête il pu apercevoir un bon nombre de présents dont ce cher Heimdal accompagné d'une ravissant jeune dame, ainsi que sa soeur Lympo et son mari Philivert. Il irait les saluer convenablement dans quelques instants mais il désirait d'abord rencontrer la maitresse des lieux


" Excuse-moi pour cette entrée fracassante ma chère Cae, j'espère que tu sauras me pardonner avec ceci : "

Il sortit de derrière son dos un bouquet de fleur légèrement amoché par la chute, ce qui valu un pincement de ses lèvres lorsqu'il le tendit



" Et comment va cette chère Morganne? "

Dit-il tout sourire avant de se baisser pour l'embrasser et l'étreindre chaleureusement tout en lui glissant dans la main un présent

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 10:36

Bien sur que j'ai de l'hypocras, Heim, regardes derrière ce petit tonneau, il est caché, tu ne voudrais pas que je t'envoie à la cave quand même ? Il était rayonnant de bonheur, voila bien longtemps que ses yeux ne pétillaient pas de la sorte et elle se doutait bien qui en était la cause. Il est vrai qu'elle s'était senti de suite en sympathie avec Luaine. La jeune femme était plus que belle, elle dégageait un charisme certain et elle aurait vraiment aimé avoir le temps de la mieux connaitre. Qui sait...le destin qui jouait avec eux tous comme avec des marionnettes, lui donnerait peut être cette chance. Heimdal avait trouvé celle qui ferait son bonheur.

Phil et Lympo, étaient également si amoureux et quels beaux enfants. Tous, avaient une famille pleine d'amour, seule la sienne avait éclatée en éclats et peut être par sa faute. Elle soupira.

Trois coups qu'elle connaissait bien. Elle éclata de rire.

Antoine, mon Antoine, encore en retard! viens que je t'embrasse. Comment vas-tu Votre Grandeur ? un instant j'ai eu peur pour mon tapis et ton nez. Elle riait toujours. Il était son frère de coeur depuis si longtemps, ils avaient vécu tant et tant de moments heureux et tristes, beaucoup travaillé aussi et c'était un vrai tyran. Elle n'en dirait rien.

Hummm : elles sont magnifiques, des roses blanches, coquin ! galante façon de te faire pardonner.

Morgane, as-tu vu qui es là? La damoiselle accourut et embrassa son oncle sans plus de protocole. Il lui sembla apercevoir un scintillement vert passer de l'un à l'autre, sans en être vraiment certaine.

Elle passa son bras tendrement sous le bras de son frère et haussa légèrement le ton :

Nous avons l'honneur d'avoir parmi nous ce soir le comte d'Armagnac et de Comminges, sa Grandeur Antoineleroy. Que chacun lui rende hommage! Ses yeux pétillaient de malice. Pardonnes-moi Ta Grandeur, je sais que tu adores cette façon pompeuse de te présenter. Elle éclata de rire devant sa mine étonnée et déconfite.

Viens ! tu connais tout le monde sauf....Mais je laisse à Heimdal le soin de te présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimdal

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 13:43

Heimdal sourit lorsque Caerellyn lui indiqua où se situait l'hypocras. Le procureur embrassa sa Suzeraine
sur la joue et lui dit en chuchotant.


Merci beaucoup, je dois être un peu ailleurs. Mais cela m'aurais pas dérangé d'aller à la cave
puisque je suis prêt aller en enfer pour Luaine.


Il décida d'aller servir Luaine du nectar, le médecin remplit le verre et alla le donner à son amie. L'envie
de l'embrasser était présente, mais il ne pouvait malheureusement pas. Il le fit avec son regard en l'observant
un instant dans les yeux de sa belle amie et un sourire rougissant apparut sur son visage. Luaine avait
certainement compris, puisqu'elle reprends le verre en lui caressant la main.


L'humble chevalier a accompli sa mission en trouvant le nectar que la belle princesse recherche tant.

[/i]Voilà l'entrée fracassante d'Antoine fit sourire Heimdal. Personne d'autres ne pouvait faire des entrées
pareils à part Antoine. Cela faisait un moment également qu'il n'avait pas vu Antoine. Il est vrai qu'il était
au courant qu'il était une nouvelle fois comte d'Armagnac et de Comminges. Caerellyn lui laissa la parole
à Heimdal de présenter Luaine. Le barbu alla d'abord saluer son ami et présenta ensuite son amie.[/i]


Antoine, je te présente mon amie Luaine de Walsch-Monfort.

Il se tourne ensuite vers Luaine.

Comme Caerellyn vient de dire, voici le comte Antoineleroy.

Il regarda ensuite caerellyn et lui dit en riant :

Tout le monde est là maintenant ou bien tu a encore d'aures invités cachés dans ta manche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luaine

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 25/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 14:03

Heimdal avait servi sa brune qui lui rendit un chaleureux remerciement par un sourire éblouissant. Il connaissait ses goûts et surtout celui de son breuvage favori. Elle avait trouvé un lui un partenaire de choix prévenant, intelligent et pleins d'attentions. Quand il lui tendit le verre, la brune en profita pour déposer une caresse discrète sur sa main. Un petit soupir gonfla imperciptiblement sa poitrine. On pouvait voir dans leurs regards réciproque, danser quelques flammes passionnées.

Quelques questionnement sur les relations entre la brune et son cavalier surgirent. Ce n'était pas très surprenant quand on y pensait.

Vous êtes une amie d'Heimdal, vous le connaissez depuis longtemps?

Un bref regard fut lancé vers Heimdal avec un sourire en coin qui fit ressortir une fossette sur sa joue.

Oui enfin tout est relatif, mais nous nous connaissons depuis le mariage de son cousin Albérius quand Heimdal était encore en Armagnac.
Nous avons sympathisé immédiatement et depuis nous sommes ami.

Le terme ami n'était peut être plus approprié depuis quelques temps et Cae le savait. Ses regards cachaient guère sa joie de voir son ami heureux. Luaine trouvait la compagnie de ces personnes agréable. Ils semblaient tous humbles et simples.
Soudain un bruit assourdissant ce fit entendre et la Montfort sursauta en pivotant brusquement. Une attaque par derrière?
Non c'était seulement un homme vautré au sol avec quelques cadeaux et fleurs écrasées. Luaine étouffa un rire qui n'était pas convenable.


Cae fit les présentations et l'homme était le Comte. Fort heureusement la brune n'avait pas sorti son rire sonore pour se faire remarquer. Heimdal présenta sa cavalière inconnue de quasiment tous les convives présents. Nul doute qu'elle ait droit à quelques attentions particulières.

Vostre Grandeur....

Une courbette non protocolaire fut faite par Luaine avec la grasce que son ancienne charge lui imposait. Elle n'avait pas compris quel lien cet homme entretenait avec quelques protagoniste mais après la phrase lancé par Cae, Luaine regarda le visage de la jeune Morgane qui semblait devoir être ravie.
Dans sa caboche, elle embrassa la salle de son regard sinople en se demandant si d'autres invités allaient débarquer.
En tout cas ce Comte savait faire une entrée fracassante et amusante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antoineleroy

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 14:46

Antoine riait de bon coeur à la réflexion concernant la chute de la part de sa chère et tendre soeur de coeur Caerellyn

" Je vais finir par croire qu'à force de chuter je commence à réussir l'évitement d'un nez cassé... M'enfin mieux vaut que je touche du bois avant que cette affirmation ne se révèle fausse "

Instinctivement le Comte s'en alla toucher la grande table puis faillit lancer un verre au visage de la maitresse des lieux lorsqu'elle l'annonça comme il en avait grande horreur

" Groumph de groumph! Tu veux que je parte? "

Saisit par le bras, il fut guidé jusqu'à Heimdal dont il n'avait pas vu la mine radieuse depuis fort longtemps. Le temps passait si vite!
Léger regard à gauche puis à droite pour vérifier qu'il n'y avait aucun Héraut avant de prendre dans ses bras ce vieux bougre pour lui tappoter le dos amicalement, un grand sourire sur les lèvres


" A bas les protocoles en l'absence de cérémonie officielle... "

Heim lui présenta alors son amie qui se fendit d'une révérence tandis que le Comte lui saisi la main pour lui faire un baise-main

" Donà Luaine de Walsch-Monfort dites-vous? Enchanté de faire votre connaisance! "

Ses sourcils se froncèrent tandis qu'il cherchait dans sa mémoire pourquoi ce nom lui disait quelque chose

" N'avez-vous point été Chancelière du Comté du Périgord et de l'Angoumois très chère? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luaine

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 25/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 16:55

Le Comte saisit sa main pour le faire le baise main. Il semblait que tout le décorum protocolaire volait en éclat lors de cette réception en toute intimité. Luaine lui sourit en dardant vers lui un regard amusé. Elle n'aurait jamais relevé une telle chute en sortant une plaquette avec une note pour cette cascade.

Il la regarda et sembla chercher. Il avait trouvé. Sa mémoire semblait en état de marche mais pour un Comte cela n'avait rien d'étonnant à moins qu'il ne soit sénile.


Effectivement votre Grandeur, je suis bien l'ancienne chancelière du Périgord-Angoumois.

La sur le coup c'est elle qui passait pour une cervelle de piaf et qui fronça les sourcils légèrement surprise.

Mais dois je m'inquiéter de l'état de ma mémoire ou n'avons nous jamais été présentés?
Si telle n'est pas le cas, je m'en excuse et je devrais faire appel à un médecin pour qu'il contrôle mon amnésie partielle.


Elle fini sa phrase en la ponctuant par un sourire malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 18:41

Elle regadait lympo les yeus emplis de curiosités, celle ci venait de lui offrir un cadeau mais qu'est ce que c'est ? sa se mange ?

-oooooh merci lympo !

Elle lui fit une bise

Qu'est ce que c'est ? Et joignant le geste a la paroles elle secoua la petite boite pres de son oreille.

lorsque...Morgane, mon écureuil, veux-tu s'il te plait m'apporter à grignoter un morceau de nougat? j'en suis fort friande.


wouhooo je dirai meme plus ! wouhooo ! du nougaaaat !

ouiiii tout de suite m'man !
et elle fila a la vitesse de l'eclair a la recherche du nougat. Hmmm voyons par ici ? crevettes... cherchons ailleurs aurai je plus de chance par ici ? homard ? hmmm non je ne pense pas..et la ? oh du sirop de cassis ! chic elle prit une coupe et bu une gorgée, gloups raté c'est du vin bon euuuh on repose sa incognito je cherchais quoi moi au juste ah oui du nougat bon euuuuh, arnaudine ? t'a pas du nougat ? La domestique disparu pour revenir quelques seconde plus tard le nougat a la main, ouah merci !

Elle revint vers sa mere et lui tendis le morceau de nougat

voila !

*BADABOUM*
oncle antoine !!!lacha la rouquine d'un ton enthousiaste

Elle se dirigea a grand pas vers lui et luit une grosse bise , qulque chose glissa dans sa main ooooh que il était magnifique ! elle s'empressa de l'accrocher autour de son cou

m'man m'man t'a vu ce que oncle antoine m'a offert ?

et c'est alors que le moulin a parole se mit en marche

merci !!! j'adoooore le collier !! eh dis oncle antoine ! c'est vrai que tu vas venir avec nous envoyage en bourgogne ? c'est bien la bourgogne mmh? parceque ben j'sais plus trop mais dis oncle antoine pourquoi les gens ils disent que t'es une feignasse et sa veut dire quoi ?
oupsss elle mit ses mains a sa bouche, ben fallais bien qu'il le sache parceque les gens ils disen mais t'sais j'suis pas d'accord parceque j'tadore ! eh dis...
quand elle s'y met elle peut plus s'arreter, sourire angélique pour se faire pardonner et pis aussi le laisser repondre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mer 30 Mar - 21:24

Son regard lui donnait un coup de poêlon sur la tête. Elle riait, mais par prudence, alla se cacher derrière le dos de Heimdal.

Nous voila au complet, pas de héraut pour nous surveiller, à nous la fête et les billevesées, nous pouvons de même jouer avec les enfants, bien que nous serions pour eux une lourde charge à supporter, tranquilles qu'ils sont sans les réprimandes parentales.

Le jeune alençonais faisait des présentations en règles. Il entourait Luaine de tant d'attentions, lui lançait des regards si énamourés que toutes les dames de l'assemblée en était jalouses. Elle lança un regard à Lympo et lui trouva un regard fort rêveur. Quant à elle, elle préférait ne pas se souvenir, son histoire touchait à sa fin.

Avoir Antoine tout entier à eux était du bonheur. Elle avait souvent trembler de le voir changer. Mais non, il restait identique tel qu'en lui-même quand l'occasion lui en donnait la permission.

Et Phil ! elle s'en voulait encore et à raison ! Elle l'avait pensé presque indifférent, lointain alors qu'elle avait tant besoin de ses vrais amis. Ils s'étaient expliqué, elle avait été franche, trop certainement, il avait souffert, elle s'en voulait encore. Elle avait été égoïste, ne pensant qu'à elle, alors que lui avait sa vie.


Je vous en prit mes amis, servez-vous, vous êtes chez vous.

Enfin Morgane déboula avec le nougat réclamé. Merci mon ange.

Elle se tenait correctement, parlait à peu près correctement, elle était fière d'.......

pourquoi les gens ils disent que t'es une feignasse et sa veut dire quoi ?


Elle pensa défaillir ! un silence assourdissant se fit dans le salon. Elle ne pouvait qu'ouvrir et fermer la bouche. La punition serait de poids, mais elle faisait confiance à Antoine pour lui répondre. Elle baissa la tête en frissonnant et attendit. Elle réfléchissait à ce qui allait lui arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antoineleroy

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Jeu 31 Mar - 14:32

Un large sourire naquit sur son visage, conforté dans l'idée que sa mémoire ne lui jouait point des tours. Aussi répondit-il en riant à la remarque de Donà Luaine

" Je me souviens de ce prénom suite à divers échanges en compagnie de Son Excellence Emma Catherine avec qui nous échangions divers nouvelles au sein de l'ambassade d'Armagnac et de Comminges... Mais nous n'avons nullement été présenté par le passé si cela peut vous rassurer quand à l'état de santé de votre mémoire! "

Un léger clin d'oeil en guise de ponctuation de la réponse avant de sentir son vêtement tiré par une main décidée n'étant autre que cette chère Morgane

' eh dis oncle antoine ! c'est vrai que tu vas venir avec nous envoyage en bourgogne ? '

Le Comte hocha de la tête positivement

" Après ce mandat et quelques semaines je me joindrais à ce voyage vers le passé effectivement pour me reposer un peu en votre compagnie... Tu verras on s'amusera comme des fous! "

' mais dis oncle antoine pourquoi les gens ils disent que t'es une feignasse et sa veut dire quoi ? '

Léger froncement de sourcil à l'entente de ce terme fort peu agréable provenant d'une bouche que la jeune fille tentait de cacher comme consciente d'une bétise réalisée. Ce qui fit rire de bon coeur -à la vue de ce tableau cocasse- Antoineleroy qui passa sa main dans les cheveux de la fille de Caerellyn

" Tu sais Morgane plus une personne s'investit dans la lumière, c'est à dire sur le devant de la scène, plus il y a de critiques -constructives ou non- envers ce dernier à tord ou à raison d'ailleurs! C'est ainsi, cela fait partie du jeu et il faut avancer avec...

Par feignasse cela signifie feignant ou quelqu'un qui ne fait rien. A toi de voir si cela est réel, que ton avis se fasse!

Toujours est-il seuls ceux qui ne font rien ne peuvent obtenir de reproches. "

Nouveau clin d'oeil du Comte qui regarda rapidement le visage blême de sa soeur de coeur dont le regard enfanticide laissait prévoir une suite assez forte en couleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Jeu 31 Mar - 15:35

Son cœur battait la chamade et les deux mains sur sa poitrine, elle tentait de le contenir.

D'une voix douce, bien trop douce, elle appela sa fille :

Morgane, je te demande de bien réfléchir à ce qu'oncle Antoine vient de te répondre, voila une belle leçon de vie à apprendre. et par ma foi, tu as à apprendre sur énormément de sujet, notamment sur la politesse et la discrétion. Présentes-lui tes excuses, vite.

Nous en reparlerons demain, toi et moi, dans mon salon, je veux t'y voir à quatre heures de relevé ou même avant, je viendrai moi-même te chercher. Je ne souhaites en aucun cas gâcher cette fête.

D'un ton qu'elle espérait joyeux:

Veuillez pardonner l'impolitesse de ma fille.

Qui me suit à la table des victuailles ? je meurt de faim, Phil, un verre d'hypocras ne me ferait pas de mal... que du bien


Luaine, comment trouvez-vous ce breuvage, vous le constatez, moi qui ne buvait que de la citronnade, le goût me vient pour l'hypocras et la liqueur de violette.

Lympo, vous nous accompagnez? Amusons-nous amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lympo



Messages : 4
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Jeu 31 Mar - 21:04

Lympo sourit à Morgane la voyant faire avec la boite. Elle n'eu pas le temps de lui répondre qu'elle parti chercher du nougat pour sa mère. Dès qu'elle le put, elle lui chucota :

Ouvre le tu verras bien ce qu'il contient et j'espère que le bracelet te plaira. A ce que j'ai pu voir il ira bien avec le collier offert par Antoine.

Elle entendit Caé l'inviter à boire de hypocras avec eux.

Ce sera avec plaisir. Je serais ravie de boire avec vous. D'autant plus que je vois qu'un certain messire ne fait pas cas de moi. Je me demande si mon frère n'a pas oublier qu'il a une soeur.

Lympo sourit taquine s'approchant. Son regard se porte alors sur son époux se demandant ce qu'il allait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philivert

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Dim 3 Avr - 10:11

Qui me suit à la table des victuailles ? je meurt de faim, Phil, un verre d'hypocras ne me ferait pas de mal... que du bien

A la demande de Cae, Philivert alla chercher la bouteille d'hypocras qu'il avait repérée. Il servit une coupe à sa marraine

J'ai fait vœux de te servir ma suzeraine dit-il en lui tendant la coupe avec révérence. Il se redressa en souriant : "Ainsi vous allez partir en voyage, qu'Aristote veille sur vous pendant cette quête. J'espère qu'elle ne sera pas trop longue afin que nous partagions d'autres moments aussi agréables.

Puis il servit les autres invités:

Luaine: Goutez cette liqueur régionale, spéciale pour joueurs de soule.

Heimdal : Cela te rappellera les douceurs d'armagnac.

Morganenn: Tu ne joues pas encore à la soule, je ne sais si Cae serait d'accord que tu boives cela. Ne préfères tu un jus de pomme?

Antoine : Cela te redonnera de l'énergie pour te mettre au travail, il paraitrait que certains disent que tu es une feignasse. Il éclata de rire en servant son beau frère.

Puis il s'approcha de son épouse et lui tendit une coupe: Ma tendre Lympo, n'aurais tu pas envie de partir en voyage aussi?
Il trinqua avec elle et but une gorgée. Il s'approcha de son oreille : J'avoue qu'un baiser au parfum d'hypocras ne me déplarai pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lympo



Messages : 4
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Dim 3 Avr - 11:27

Lympo vit son époux s'éloigner et s'affairer auprès de tous. Elle aurait aimé qu'il lui porte aussi de quoi se restaurer mais bon elle ferait avec. Ne se sentant pas bien, elle se disait que cela aurait été bien. Elle ne dit rien préférent n'inquiéter personne pour si peu. Un verre de cette délicieuse boisson lui ferait sans doute du bien.

Elle vit revenir son époux près d'elle qui lui tendit une coupe. Tandis qu'elle la prennait son coeur se mit à battre plus fort en entendant son invitation puis ce qu'il lui murmura. Oubliant alors la présence des autres, ou du moins ne voulant pas se laisser freiner par cela, elle embrassa tendrement Phil.

Oh oui mon amour, un voyage en amoureux qui nous permettrait de nous retrouver. Ce serait le voyage de lune de miel que les circonstances de la vie ne nous ont pas permit de faire auparavant.

Lympo resta blottie contre lui ayant besoin de son soutien ne voulant pas montrer le léger vertige qui la pris alors. Elle se sentait si bien auprès de cet homme qu'elle aimait tant. Elle but quelques gorgées qui lui fire du bien, sans doute autant que le sentir près d'elle. Elle lui murmure alors : j'espère que ce baiser t'a plu autant qu'à moi.

Regardant du coin de l'oeil son frère,elle sourit à son amie et suzeraine.

Ma chère Cae tu es pour moi une soeur de coeur davantage que ma suzeraine, cette soeur que je n'ai pas connu dans la famille. Ton voyage me fait plaisir pour toi car il te permettra, en autre, de te changer les idées. Mais je dois bien avouer qu'il m'attriste aussi car tu vas nous manquer. Je ne crois pas exagérer en ne parlant pas que pour moi et que tous seront de cet avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luaine

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 25/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Dim 3 Avr - 15:36

La brune fut rassurée par le Comte qui confirma qu'ils ne s'étaient jamais vu. Cela soulagea la brune de savoir qu'elle n'avait pas encore de défaillance cérébrale. Elle porta le verre d'hypocras offert par Heimdal, à ses lèvres.

La jeune Morgane fut sourire Luaine par sa spontanéité. A cet âge la fougue de la jeunesse prenait le pas sur l'étiquette mais sa mère avait raison d'être rigoureuse sur son éducation. Sans éducation on avait du mal à évoluer au sein des grands de ce monde. Luaine, était la fille d'un seigneur, mais éduquée par sa mère, elle n'avait pas été pliée à une éducation nobiliaire au sens stricte du terme. Elle n'était pas sorti d'une école prestigieuse, n'avait pas fait de bal de débutante ou autre. A l'âge de Morgane, elle chevauchait son cheval dans les campagnes dauphinoises et affaitait son rapace en toute insouciance.

A peine son hanap terminé, que philivert lui en donna un autre.

Goutez cette liqueur régionale, spéciale pour joueurs de soule.

J'ai été chancelière et j'avais un goût immodéré pour l'hypocras. J'ai du mettre un terme à en boire à chaque fois qu'un diplomate se présentait sous peine de finir par rouler sous les tables à longueur de journée.

Elle sourit à son interlocuteur.

Le petit groupe parlait voyage et curieuse de nature, Luaine se demandait un peu pourquoi. Lympo avait l'air de vouloir les rejoindre dans leur périple en y attirant son époux.

Excusez moi pour ma curiosité, mais ce voyage est un voyage d'agrément?

Encore ses lèvres qui baignaient dans le breuvage aux épices et elle regarda Heimdal, en espérant ne pas avoir commis de bévue. Sa main effleura avec douceur celle de son chevalier servant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: ntoine en signe , qui sait,de tendresse    Dim 3 Avr - 17:56

Elle se remit difficilement de l'inconscience de sa fille adorée, mais la fête continuait. Elle avait été déposer un baiser sur la joue d'Antoine, peut être par tendresse, peut être pour solliciter son pardon.

Son verre à la main, elle se mit à surveiller du coin de l'œil le couple de Lympo et De Phil et ses yeux se froncèrent d'une once de questionnement et de contrariété.

Elle trouvait Lympo bien pâle et elle même signala quelques légers malaises. Elle l'observa et cacha son sourire, aurait-elle la chance de le mettre au monde celui-là ? bien sur, si elle ne se trompait pas.

Elle les regarda se rapprocher et son sourire lui revint, et elle soupira d'aise, elle voulait voir le monde heureux atour d'elle elle.

Elle rit en écoutant Luaine raconter son goût immodéré pour l'hypocras. Elle en riait et l'imaginait danser sur la table devant un diplomate sidéré. Mais elle était si jolie qu'elle ne put imaginer qu'il s'en plaigne.


Ma chère Luaine vous êtes ici une amie chère et il n'est point question de curiosité.

Morgane, Kev, elle rosit, et moi, partons pour l'Italie, à Albenga pour ne rien vous cacher. Je possède un très vieux mandat qui me cause bien des soucis, je vais donc allé le rendre. Nous en profiterons pour prendre un peu de vacances, je suis ravie de profiter à chaque instant de ma fille et de ...Kev. Ainsi donc, quand l'envie nous en viendra, nous séjournerons où il nous plaira.

Quand nous reviendrons, comme il vous l'a dit, nous prendrons Antoine au passage et là..
....Elle baissa la tête et devint pâle comme l'albâtre, nous marcherons sur les traces de notre passé. Beaucoup d'aventures, d'inquiétude, de dangers et je souhaite de bonheur, nous attendent. Kev et moi allons à la quête de notre jeunesse, j'avais 14 ans et......

Elle regarda Morgane et ne voulut en dire plus, il fallait qu'elle en parle d'abord à sa fille, qui n'était au courant de rien.

Antoine, Heimdal et Phil sont au courant, ils vous raconteront.

Elle prit dans chacune de ses mains, une main de Lympo, une main de Luaine et les serra très fort.

Chères amies, en pensées, vous nous accompagnez, mais prier sans relâche le très Haut pour Kev et moi, notre avenir entier tient en ce but que nous essayerons d'atteindre.

Elle but son verre son verre d'hypocras en entier et prit une teinte rouge fort peu élégante.

Voulez-vous tous vous asseoir, j'ai une triste nouvelle à vous annoncer.

Chacun s'assit.

Elle prit Morgane sur ses genoux, le serrant très fort contre elle.

Mon rayon de soleil, mes amis si chers, je dois vous dire que notre divorce a prit fin, ce jour. Il nous a été accordé avec impossibilité pour chacun de reprendre épouse ou époux pendant 8 mois. De plus, nous devrons offrir du pain aux plus nécessiteux au moins cinq pains à 2 écus à 5 arrivants.

Elle murmura à l'oreille de Morgane : nous en reparlerons toutes les deux mon petit écureuil

Vous souvenez-vous combien j'en ai offert ? Elle souriait tristement en s'adressant à ses trois amis.

Elle se dressa, serra fort sa fille contre elle.

Mangeons et buvons, faisons la fête, qui sait ce que le destin nous réserve ?[v] Je prierai pour que notre amitié perdure aussi longtemps que nous.


Dernière édition par caerellyn de Carpadant le Ven 6 Mai - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimdal

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mar 5 Avr - 22:35

Heimdal était resté un moment sans rien dire. Il aimait observer ce qu’il se passait
autour de lui. Mais par-dessus, il adorait regarder avec amour la belle Luaine qui posait
des questions. C’est ainsi qu’il la connaissait avec sa curiosité. Il remercia Phil pour le
verre et but une gorgée. Le procureur avait eu un peu soif.

On parlait de voyage de Caerellyn qu’elle allait faire et effectivement elle lui en avait
déjà parler. Le sujet changea sur le divorce de Caerellyn. La sentence était tombée.


Soit heureuse, car maintenant pour toi cela est fini. De plus, cela aurait pu être pire,
comme par exemple toute ta vie. Caerellyn, prends la positif.


Heimdal esquissa un sourire pour encourager Caerellyn. Il devait changer un peu de
conversation et de mettre un peu de vie dans cette soirée.


Au fait, il n’y a pas de musicien ? Est-ce qu’il y aurait un instrument de musique qui traine ?

Un échange de regard se produisit entre le médecin et l’ex-chancelière. Un regard qui
avait beaucoup de signification pour eux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Ven 6 Mai - 0:45

Tu veux un instrument de musique?

Nous possédons un psaltérion, un violon, un piano et une harpe, Morgane en joue divinement.

Que souhaites-tu ? je vais te le quérir de suite.


Souhaiterais-tu nous faire danser ? cela fait si longtemps, je ne suis même pas certaine de savoir encore.

Morgane, pour briller en bonne compagnie, il va te falloir prendre des cours de danse. Elle éclata d'un rire malicieux. J'imagine sans mal combien cela va te plaire.


Elle se tut soudain et s'affaissa sur un coin de divan qui se trouvait là par chance.

Elle raconta pour elle.
C'était l'été de mes quatorze printemps. Kev et moi étions amoureux fous et n'envisagions pas une seule seconde de ne pas vieillir ensemble. Lui était un bandit notoire et moi fille d'un riche fermier. J'attendais son enfant, mais ne lui avais pas encore dit. Nous étions si heureux. Mais les dieux nous avaient concocté un autre destin.

Un matin, il ne vint plus à nos rendez-vous. J'étais folle de désespoir mais chaque jour je l'attendais.

Je veux oublier le reste.

Pendant que je mettais notre fils au monde, le terrible potentat du coin, une bête malfaisante, lui faisait croire qu'il m'avait violée, que j'y avais pris beaucoup de plaisir bien que je hurlais et que pour me faire taire, il m'avait tuée. Kev est devenu fou, et lui, maitre d'armes, l'a pourfendu du haut en bas, puis a tourmenté ses chairs de son sabre. Il s'est ensuite enfui de ce pays vers cet Ouest qui était notre rêve. Mais je ne le savais pas.

Mes servantes m'ont rapporté que l'homme au masque de dragon rouge avait été tué. Elle eut un rire de démente. Je me suis rendue sur le pré où la tuerie avait eu lieu. Les corbeaux avaient débuté leur office. Un a un j'ai retourné la vingtaine de cadavres dont le sang rougissait la terre, mourante à chaque fois, pensant découvrir son visage. Il n'y était pas.

Je suis allé prendre mon fils, Onyx ma monture et sans prévenir personne, je suis partie vers cet Ouest, j'étais certaine qu'il n'était pas mort.

J'ai erré plus de cinq années.

L'année des cinq ans de Yorik, sept hommes patibulaires... un combat... une racine... je suis tombée sur la tête et n'ai repris conscience qu'au soir. Mon fils avait disparu. Était-il vivant ? mort ? personne ne le savait et ne le sait.

Par hasard, j'ai retrouvé Kev à Nevers où j'étais arrivé presque mourante. Sans plus de force, j'avais décidé de ne plus chercher notre fils. Il a fallut lui avouer........... Nous partons à sa recherche. J'ai cru qu'il ne me pardonnerait jamais, mais, incroyablement nos sentiments sont restés intacts, comme quand j'avais quatorze ans.


Elle se tut, épuisée. Elle redressa la tête pour contempler tour à tour d'un air hagard chacun des visages qui l'entouraient.

Elle revint du néant et tendit son verre à Antoine :

Un verre d'hypocras? tu veux bien ? je suis assoiffée et je meurs de faim.

Que disais-tu Heim, tu souhaites un instrument de musique ? je vais t'en quérir un. Puis-je manger un peu auparavant ?

Morgane, mon écureuil, vient vite dans mes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luaine

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 25/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Sam 7 Mai - 15:17

Heimdal déclama vouloir un instrument de musique pour les divertir. Luaine ne savait pas que le procureur était aussi mélomane. Ils n'avaient jamais vraiment discuter musique. Elle le savait doué pour les poèmes mais ne savait pas pour la musique. Elle tourna sa tête vers lui, visiblement ébahie par ses multiples talents.

Je ne savais pas que tu jouais aussi de la musique. Tu m'étonneras toujours. Décidément tu as tous les dons.

Soudain elle fut légèrement rougissante d'avoir été si prompte à suivre les élans de son coeur en publique. La maitresse des lieux, s'installa sur le fauteuil et commença à balbutier quelques paroles. Les yeux un peu dans le vague, elle ne semblait pas s'entretenir avec quelqu'un mais seulement pour elle. Elle se plongea dans ses souvenirs.

C'était l'été de mes quatorze printemps.....

Luaine sourit d'entendre le début de l'histoire. Ce devait surement être une joli histoire sur son passé et sa jeunesse. La brune aimait les anecdotes. Au fur et à mesure de l'histoire, celle-ci prenait des allures de cauchemars.
Amoureuse, enceinte, enlèvement, retrouvailles, séparation.....Quelle aventure bien singulière et bouleversante. Ecoutant avec attention, Luaine n'en perdit pas une miette. Ainsi elle avait perdu un enfant, quel drame dans a vie d'une femme, surement la pire chose qu'il soit. Surement assez horrible pour qu'il n'existe aucun mot pour le décrire....Quand on perdait ses parents on devenait orphelins, quand on perdait son époux, on devenait veuve, mais aucun mot assez fort pour décrire la peine de la perte d'un enfant.
La brune la regarda avec une compassion immense.

D'un coup, d'un seul, Cae changea de sujet et redevint plus légère, s'adressant à Antoine et Heimdal. Luaine resta stoïque, muette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimdal

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Dim 8 Mai - 22:28

un psaltérion voilà l'instrument qu'il lui fallait, mais il n'avait pas eu le temps de répondre que Caerellyn partit sur son récit.
Son histoire, une histoire tragique, mais incroyable en même temps.
Lorsqu'elle finit son histoire, Heimdal la regarda en lui disant de garder espoir.


Garde Espoir Caerellyn la vie nous donne toujours de belle surprise. Comme par exemple ton amitié.

Bien sur je te laisse manger un peu. nous avons toute la journée et la soirée, voir même la nuit. Bien sur,
si Morgane également rester si tard.
J'aimerai que tu m'apportes après le psaltérion, je voudrais qu'on s'amuse un peu.
La musique est aussi une manière d'apporter de la joie et du bonheur dans les coeurs.


Ensuite il dirigea son visage en direction de Luaine. Esquissa un sourire et répondit.

J'adore te surprendre encore et j'espère encore te surprendre dans 10 ans, 20 ans ou 100 ans.

Il posa ensuite ses mains sur celle de Luaine et lui serra la main pour lui montrer qu'il l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Lun 9 Mai - 20:46

Elle discourait comme si rien ne s'était passé, mais elle savait pertinemment au fond de son coeur, qu'elle venait, sans le vouloir vraiment, conter sa jeunesse et son terrible remord à ses amis les plus chers.

Si elle ne faisait pas semblant de bien aller, elle allait s'effondrer et de ça, il n'en était point question, au jour de leurs adieux, elle ne les affligerait pas plus.

Aussi, souriait-elle, et réclamait-elle à se nourrir alors que des nausées la torturaient.
Mais soif, elle avait ! il lui paraissait improbable qu'elle arriva à étancher cette soif qui la tenaillait.

Elle sentit Luaine fort mal à l'aise mais ne se sentait pas pour l'instant, la force de la réconforter, pour les même raisons.

Elle n'osa pas non plus répondre à son cher Heimdal. Le seul espoir qu'elle avait se nommait Kev. Elle déposait son avenir et celui de sa fille entre ses mains. Ils s’aimaient toujours autant, un miracle ! depuis si longtemps et après avoir subi tant de tourments. Leur amour en sortait grandit, magnifié bien qu'ils en parlaient si peu.....Ils savaient. Enfin s'entrouvraient les portes d'une nouvelle vie. Mais qui pouvait dire ce qu'il deviendrait de leur histoire s'ils ne retrouvaient pas leur fils.

Morgane, Morgane serait toujours son fil d'or, pour elle, elle continuerait.

Je vole te chercher le psaltérion dans la salle de musique
. Elle revint vite et tendit un bel instrument.




Te convient-il ? il appartenait à feu mon grand-père Chéroy.

Joues, Heimdal, joues, fais-nous danser et tourner la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimdal

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Lun 9 Mai - 22:13

Heimdal prit le Psaltérion, caressa l’instrument et contrôla les accords. Ce jouet
dans la main, il fit ensuite quelques notes. Puis se tourna vers Caerellyn.

Très belle instrument, Caerellyn.

Heimdal réfléchissait pour savoir quelle musique, il allait interpréter. Le capitaine
regarda sa belle cavalière et esquissa un sourire.


Tu seras toujours source d’inspiration Luaine. Je vais jouer une petite mélodie
pour commencer qui s’intitule « douce jolie dame ».


Heimdal regarda l’instrument et regarda autour de lui le monde qu'il y avait.

Je n'ai jamais joué devant autant de monde jusqu'à maintenant. Je risque d'être
intimidé. J'espère que vous me pardonnerez des fausses notes que je risque de jouer.


Un peu intimidé, le procureur se concentra au maximum pour éviter les fausses notes. Ce morceau permettait pour Heimdal de dire aussi d'une manière cachée à Luaine que son coeur était en amour pour elle.
Il commença alors de jouer :http://www.deezer.com/listen-6898161
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Lun 9 Mai - 23:18

L'écho de la dernière note se dilua dans le silence de la pièce. Tous était émus par tant de beauté. Cae n'osait applaudir de peur de rompre le charme.

C'était superbe, Heimdal, tu joues divinement. Superbe déclaration d'amour. elle en a de la chance, cette jeune damoiselle !

Veux-tu jouer pour moi, "Lamento di Tristano" ou Lamentations de Tristan. J'ai envie de la fredonner...qui m'accompagne ?

Et elle chanta d'une voix douce
: https://www.youtube.com/watch?v=6TZHYquCSaQ&feature=related


Dernière édition par caerellyn de Carpadant le Mar 10 Mai - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luaine

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 25/03/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Mar 10 Mai - 16:49

Aussitôt dit aussitôt fait et Heimdal fut bientôt en possession d'un merveilleux psaltérion. L'instrument n'était pas neuf et pour cause c'était une relique de famille. Heimdal pinça quelques cordes et quelques notes montèrent dans le salon. Il fit quelques réglages. Luaine n'était peut être pas si bonne à marier car elle ne jouait pas d'un instrument et chantait comme un fausset.
Elle admirait d'autant plus les mélomanes et encore plus quand soudain, elle devenait la muse du musicien. Les yeux brillants d'émotions, elle écouta, touchée en plein coeur d'entendre de si douces notes sortir des mains habiles de son chevalier.
On sentait une légèreté, une pureté....son amour pour elle surtout qu'il la regardait en jouant.
Impossible de détacher son regard de lui, comme si ils étaient seuls au monde. Son coeur s'emballa. Prenez un homme, donnez lui un instrument, laissez le jouer les yeux plantés sur sa muse, et vous verrez la muse fondre devant l'homme qu'elle aime.
C'était immuable à travers les âges.

Quand la musique termina, Luaine resta encore quelques secondes sous le charme. Tout sur son visage montrait son attachement pour Heimdal. Son sourire et ses yeux le remercièrent mille fois.

Bravo....C'était merveilleux, j'en suis toute émue.

Elle venait d'atterrir de son nuage et se posait en douceur.

Cae lui commanda une autre chanson et souhaitait l'accompagner de sa voix. Luaine se mit à rire.

Excusez moi Cae mais pour les oreilles de tous, je me passerais de vous accompagner et de chanter. Un orage risque de s'abattre sur votre château, avec foudre et éclairs. Je n'ai pas le don de l'art de la musique. J'espère en avoir d'autres qui compensent.

Un coup d'oeil malicieux vers le procureur de son coeur.

Mais je vous écouterais chanter avec joie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimdal

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand salon, la cheminée et son tapis   Sam 14 Mai - 15:56

Lorsqu'il finit, le capitaine royal regarda Luaine. L'expression qu'elle donnait le toucha jusqu'au coeur.
Heureusement, il n'avait pas besoin de parler immédiatement. Si cela avait été le cas, il aurait bégayé son latin.
Heimdal était ému par les compliments si touchant, il en rougit en plus.

Après quelques secondes que Luaine a parlé, il a pu reprendre un peu de son contrôle.


Je suis très heureux que cela vous plaise et plus particulièrement Luaine.
Je me réjouis de pouvoir te jouer quelques morceaux en fin de soirée rien que pour toi.


Caerellyn proposa un autre morceau, il a du l'écouter chanter quelques notes pour s'en rappeler.

Le procureur suivit alors avec l'instrument pour un duo avec quelques spectateurs qui étaient resté planter là
sans voix.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le grand salon, la cheminée et son tapis
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Grand Theft Auto IV كاملة و على أكثر من سرفر!!!
» فرصة عمل مع le grand celestلبنات طنجة

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Caerellyn et son petit Ecureuil :: L'espace commun :: Le grand salon-
Sauter vers: