Chez Caerellyn et son petit Ecureuil


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le petit salon de repos

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Le petit salon de repos   Jeu 10 Fév - 16:26







Après plusieurs heures d'études, elles viennent y retrouver leurs amis, peu en nombre mais si chers et sur lesquels elles peuvent s'appuyer.

Morgane joue de la harpe, Cae du violon, Elsamarie fredonne pour les accompagner en souriant aux anges, Antoine feuillette doucement quelques dossiers et William, confortablement installé, contemple ce tableau idyllique en souriant tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Sam 12 Mar - 17:55

Elle revenait de l'archevêché et sa dissolution de mariage n'en finissait pas. Chaque soir, elle était un peu plus épuisée que la veille, de fatigue, mais surtout d'entendre ces mensonges. Elle l'avait aimé cet homme et il prétendait l'aimer encore, il l'avait dit haut et clair, et pourtant, à mots couverts, sans prononcer le vrai terme, ce qu'un clerc lui avait reproché avec véhémence, ce qui était pire que tout, il avait fait comprendre qu'elle était fille de mauvaise vie.

Elle s'était dressée pour protester mais n'avait pas eut le courage, elle était retombée sur sa chaise. Antoine, sans un mot, avait posé sa main sur la sienne et là, ce qu'elle n'avait fait depuis le début arriva, elle laissa couler ses larmes, puis avait refusé de continuer à se battre. Il arriverait ce qu'il arriverait.La pensée de sa fille l'avait fait tenir droite et fière jusqu'à cet instant, là, elle ne pouvait pas supporter, son écureuil, son rayon de soleil allait avoir honte d'elle.

Elle jeta ses vêtement à travers la pièce, se plongea dans un bain brulant, tentant de cuire sa peau pour que partent avec elle toutes ses salissures.

Rien n'y fit. Elle enfila une robe légère, s'allongea sur un confortable divan et attendit sa princesse.

Elle grandissait trop vite, elle allait bientôt s'éloigner elle aussi pour entrée au collège Saint Louis.

Il fallait parler avec elle de leur avenir proche, de profiter du temps qu'il leur restait ensemble pour faire un voyage, si elle le souhaitait, elle voulait faire des projets d'avenir avec la seule personne qu'elle aima de tout son cœur.

Ne pas lui faire de peine, choisir les mots, ne pas critiquer son père, cela elle ne devait le faire, un bon père, il l'était.

Elle l'attendait avec grande impatience, sourire de tendresse sur ses lèvres pâles.


Dernière édition par caerellyn de Carpadant le Dim 13 Mar - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Sam 12 Mar - 18:15

Beaucoup d'evenement avait eu lieu ces derniers temps et pas toujours jojo. Sa l'avait un peu chambouller la rousse mais elle avait legere tendance a prendre les choses au second degré ce qui certainement l'aider a ne pas devenir diiingue ou alors c'est deja fait ! hihi ! Mais quand meme c'est les adultes les plus dingo parfois ! d'ailleur si j'croise ce vicomte que m'man m'a parlé...j'vais faire un malheur Twisted Evil Da'illeur m'man a dit que oui, un peu de divertissement dans c'monde brute ! oui de brute et de menteurs m'man avait eu affaire a un nid c'est fou c'que sa pullule. Et puis y'a le divore de p'pa et m'man... p'pa m'avait dis des choses des choses que je ne voulais pas croire jamais je ne pourrais un seul instand imaginer ma mere adorée vouloir la mort de p'pa impossible ! Heureusement dans tousa y'a les araignées grillées au miel et sa la rouquine elle en etais gaga !Et depuis peu les macarons ella durée.

C'est la tete remplie de questions et de pensées en tous genre qu'elle toqua a la porte de la chambre parentale.

*toc* *toc*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Sam 12 Mar - 18:28

Elle rit de joie en l'entendant venir de loin.

Quand elle frappa à la porte, elle s'était déjà redressée, pincer ses joues pâles et dit
entrée

Elle tira sur le grand cordon et pendant qu'elle s'approchait, elle commanda du lait chaud avec le chocolat qu'elle continuait à fabriquer elle-même, une assiette d'araignées grillées au miel ( beurkkkkkkkk) et quelques gâteaux.

Elle lui tendait les bras en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Dim 13 Mar - 16:16

entrée

J'ouvre la porte, bisouille m'man et le prend le bras qu'elle lui tends

T'vas bien ?On m'a dit que tu voulais me voir ? T'as des choses a me raconter ?

Morganne la regardait curieusement et alors q'on amenait des patissseries, elle ne se fit evidement pas prier et mordit a pleine dent un délicieu gateau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Jeu 17 Mar - 11:31

Mon ange, entres, oui je vais bien. ne t'inquiètes pas, le cœur gros, mais tu sais pourquoi.

Nous avons à parler mon coeur. Tu t'assieds sur mes genoux?


D'abord, je voulais t'offrir cela:



Ouvres vite ce sont les meilleurs macarons que l'on m'a conseillés à Auch.

Elle passa doucement sa main dans sa chevelure rebelle. Ne manges pas tout d'un coup, tu serais malade.

Je voulais te parler...Elle hésita une seconde...de la séparation de papa et maman, le procès est presque terminé, nous attendons la sentence.

Tu sais, papa est très fatigué.

Un prêtre très méchant nous a interrogé, il s'appelle un inquisiteur, il n'est peut être pas très méchant d'ailleurs, disons qu'il a fait ce qu'il devait faire, mais il posait les questions d'une façon que, rien que de l'entendre, on se sentait coupable.


Elle soupira.

Maintenant que nous voici installées à Auch, dès que nous connaitrons la sentence, dès que tout sera arrangé avec le changement de villes, nous partirons vers l'Italie.
William ne nous accompagnera pas. Je vais peut être demander à Kev, un ami de très longue date. Il était maitre d'armes au château de Dijon, en Bourgogne, il saura nous protéger pendant ce long voyage, nous ne le verrons peu ou pas, il sera là pour nous aider si nous en avons besoin. D'ailleurs, il n'est point certain qu'il vienne, je vais le lui demander.


Autrement nous voyagerons.....tu sais ? comme la dernière fois, mais chuttt..

Quand nous reviendrons, je pense qu'avec Oncle Antoine, nous repartirons. Mais il me faudra te conter avant une très longue et vieille histoire.

Mon écureuil, que penses-tu de tout cela?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Ven 18 Mar - 20:37

Morgane savait exactement de quoi voulait parler sa mere, du divorce ce n'etait pas si facil que sa a avaler pour elle non plus mais elles devaient passer ce terible episode, elle pensa a p'pa et songea a lui ecrire prochaine ce devait etre dur aussi pour lui il se retrouve seul a present. Elle sourit a sa mere et s'asseya sur ses genoux puis la surprise vint se peindre sur son visage

un cadeau ? qu'est ce que c'est ? des macarooon ! ouah trop bien ! merci m'man !

elle la prit dans ses bras et la bisouilla. Elle regardait avec emerveillement le bijoux oui c'etais un bijou mais les paroles de sa mere la tirerent de sa reverie. Elle l'ecouta sans broncher mais un point cependant l'intrigua

Pourquoi william ne viendrait pas ? il n'est meme pas venu a la maison ! j'suis decue.
Ce serit kev le m'sieur que j'ai vu une fois ? oh on le voit pas tres souvent mais il a l'air gentil et costaud oh et pis vi sinon on peu t'jours voyager sans personnes on est fortes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Sam 19 Mar - 10:13

Un voile gris passa devant le visage de sa fille quand elle parla de ce divorce. Cela lui brisait le cœur, elle aurait tant voulu la protéger, Aurait-elle du continuer à supporter ? À survivre sans vivre ? Elle y avait longtemps réfléchit. Elle avait finalement décidé d’être égoïste, pour elle et pour les enfants qu’ils avaient pourtant tentés de protéger au mieux. Ils se doutaient mais jamais n’avaient posé de question. C’était cela le plus difficile, ne pas pouvoir expliquer clairement leur vie ratées d’adultes.

Elle contemplait ses yeux brillant de gourmandises : une enfant avec ses joies et c’est souffrances, passant si vite de l’un à l’autre.

Ma puce, modères-toi, pas tout d’un coup, gourmande, tu serais malade.

Une petite main partie vers un coussin.

Pitié mon ange, pas de bataille ce jour, nous avons à parler.

Tu es déçue de ne pas encore vue William, je le sais. Il a énormément de travail, tu sais, et puis, juste entre nous, je pense qu’il a peur que tu ne l’acceptes pas. C’est un ami très cher, il nous a aidé pour voyager, tu te souviens ? Il a veillé sur nous. Mais il viendra, je te le présenterai.

Par contre, ce soir…Surprise ! Nous allons avoir de la visite et c’est de ce sujet dont je veux t’entretenir.
Effectivement, Kev dont le nom est, souviens-toi, Kev de Glasgow, va nous accompagner en Italie et plus loin encore.


J’ai connu Kev, j’avais quatorze ans, juste un peu plus âgé que toi. Ses émotions se reflétaient sur son visage. Ses joues rosirent. Mes parents vivaient dans un lointain pays de l’est.

C’est une très longue histoire, heureuse et tragique à la fois. Peut être te la contera-t-il ? peut être le ferais-je, ou bien tous les deux, ce que j’aimerais. Mais avant de partir, tu sauras, je te promets.
Nous allons aller, mais tu le sais, en Italie, tu reverras la même mer que celle de Montpellier pendant nos si courtes vacances, nous étions bien, le soir sur la plage, tu te souviens ?
Puis en revenant, nous nous dirigerons vers la Bourgogne, vers Dijon, ou Nevers, nous allons traverser toutes sortes de paysages plus jolis les un que les autres en ce printemps qui commence.

Mais avant
, Elle prit ses mains douces dans les siennes et les serra bien fort, plongeant un regard clair et franc dans ses yeux.

Je veux que tu saches que Kev n’a en aucune façon à voir avec la séparation de père et moi.

T’ais-je jamais menti ? Jamais, j’en aurais trop de vergogne.
Je viens de le revoir pendant le procès. Comment l’a-t-il appris ? Je ne le sais. Toujours est-il qu’il était là, sans doute pour me protéger comme il l’a toujours fait.
Bien qu’il habite Eauze comme tu le sais, je ne l’ai jamais revu, la vie, ou peut être lui ne l’ont pas voulu. Et c’était bien ainsi.

Prends un macaron mon ange, te voila pâlotte. Viens que je te serre dans mes bras, je t’aime tu sais et je comprends que ces mystères t’inquiètes un peu. Mais tu sauras, comme je t’ai toujours tout dit.


Sais-tu qui m’a appris à me battre à l’épée comme je le fais ? Avoues que, pour une fois, je suis la meilleure ! C’est lui. Il était Maitre d’Armes à la cour du duché de Dijon.

Elle soupira longuement, souriant aux souvenirs qui affluaient.

Mais ce n’est pas là que nous nous entrainions, ce fut bien avant…..à mes quatorze ans.

Écoutes, on frappe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kev de glasgow



Messages : 1
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Sam 19 Mar - 18:42

Si peu de temps s'étaient écoulés depuis le divorce. Était-ce une bonne chose de se présenter si vite auprès d'une dame? Mais quelle femme!! C'était Caerellyn, que diable! L'amitié ne se méprenait pas. Et puis il avait un peu de remord, aussi. Depuis trop longtemps il avait manqué à la parole qu'il avait donné, sur son sang même, il ne pouvait remettre plus longtemps son destin.
Il avait furtivement vu Cae lors du divorce, mais n'avait pas eu le courage de lui parler, ni voulu plus la troubler. Mais le billet qui avait suivi était clair. Elle souhaitait entreprendre un voyage long et périlleux, et lui demandait d'être son escorte, alors même qu'il ne se sentait plus chez lui dans ce petit village qu'il avait fait naître, et où d'étranges choses se passaient.
Il avait accepté, et avait été convié à venir la voir... que de formalités! Mais rien ne lui aurait fait plus plaisir, et les convenances étaient le meilleur des remèdes à une séparation difficile.

Et il était là, dans cette maison cossue si loin de la minable masure où ils se retrouvaient des années avant. Devant lui, un valet le menait à un petit salon, et il attendait, ne sachant quoi dire. Mais qu'importe, les mots viendraient bien, comme toujours, avec le naturel que leur amitié et leur complicité apportait.
Trois coups, le valet le précédait, il entrait.


Vicomtesse...
dit-il en s'inclinant. Un sourire ironique naissait à ses lèvres, qu'il ne parvenait pas à retenir. Ah, Cae, quelle joie de te revoir! Mais sincèrement, si on commence avec les titres, je sens que ça risque d'être dur!!!

Avisant Morganenn, il s'inclina à nouveau, avec un plein sérieux cette fois. Mademoiselle, c'est une joie de vous revoir, et de vous voir si grandie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Dim 20 Mar - 14:11

Elle se retourna vivement, c'etait surement l'ami de m'man ! Sa fait bien longtemps que je ne l'ai apercu la premiere et unique fois d'ailleure je devais a voir 6 ans, 4 ans s'etaient ecoulés le temps passe vite hihi ! En tous cas je suis bien contente qu'il nous accompagne car plus on est fou plus on rit !

Mademoiselle, c'est une joie de vous revoir, et de vous voir si grandie!

Elle sourit, Plaisir partager ! m'man m'a parler de vous !

J'ai grandir héhé ouais j'dix ans maintenant mais on peu pas en dire autant des adultes, les adultes sa grandit plus par contre sa vieilli hihi okok je ne ferai pas de commentaire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Mar 22 Mar - 0:49

Elle le regarda entrer, se leva pour aller à sa rencontre. Elle ne pouvait empêcher son cœur de s'emballer comme un fou. Rien n'y faisait. Le temps avait passé avec ses moments joyeux, ses émotions, ses tristesses, ses colères. Elle avait bien prit quelques années, mais quand elle le voyait, elle avait à jamais quatorze printemps.

Son rire de cristal éclata dans la pièce.

Cher Kev, vicomtesse....aurais-tu perdu ton entendement? Elle allait vers lui, lui tendant ses deux mains pour qu'il les prit dans les siennes. Souviens-toi, je suis Cae, cette jeune damoiselle rencontrée un matin d'hiver et à qui tu as appris... Sa voix se fêla, mais si peu.... à monter à cheval, à se battre à l'épée et tant de choses encore.

Elle l'attira doucement vers elle pour frôler sa joue d'un baiser.

Quelle joie pour moi également de..nouvelle fêlure...te retrouver

Tu reconnais Morgane ? malice incarnée ou rayon de soleil, c'est selon. Ce soir il semblerait que sa curiosité soit mise à rude épreuve.

Viens t'asseoir à mes cotés, cela fait si longtemps.


Elle palissait de plus en plus et n'osait le regarder, rien que de sentir sa présence à ces cotés, elle renaissait, un trou se comblait, sa vie reprenait un cours qu'elle n'aurait jamais du perdre et pourtant, le souffle lui manquait, juste assez pour qu'elle oscilla entre bonheur et mal-être.

J'ai tant à te dire, tu sais et pourtant si peu. Elle le regarda enfin, Nous nous sommes toujours si bien compris sans point trop parler.

Elle baissa la voix : je veux profiter de ces instants de nos retrouvailles.

Elle perdait pieds.

Morgane, ma fille, veux-tu commander une légère collation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Dim 10 Avr - 12:11

Elle revivait en souvenir la dernière visite de Kev. La décision avait été prise, il les accompagnait jusqu'en Italie puis ils remonteraient tous les trois , vers la Bourgogne et leur passé.

Antoine ! ils s'arrêteraient en chemin à Auch et Antoine se joindrait eux.

Le chemin allait être long et périlleux, leur quête bien difficile, peut être impossible, qui pouvait dire.

Il était temps de parler à Morgane, elle devait savoir. Elle allait revivre cette torture. Mais il le fallait. Son rayon de soleil, depuis qu'elle avait posé les yeux sur elle, elle ne devait rien lui cacher.

Et lui apprendre la sentence du divorce. La pauvre enfant !

Cae aurait donné sa vie pour la protéger de tous chagrins, cela était impossible et elle le savait.

L'heure était venue. Elle resta là, yeux dans le vague, à l'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Jeu 14 Avr - 10:54

*soupir*, moi le latin sa me rentre par une oreille et sa m'sort par les trous de nez !

Je prefere l'escrime et l'equitation et le caramel aussi c'est bon le caramel surtout quand il coule bien fondant et brillant sur une araignée frite faudrait que j'essaye au miel aussi ou encore a la violette ...*grmblgrmbh* dit mon ventre bon go to the kitchen !

Elle prit sa poupée isleen sous le bras, aaah sa f'sait longtemps tiens vous vous demandez p'tete ou elle était passer la poupée et ben moi j'le sais mais j'vous l'dirai pas !

Tient sa me donne une idée hinhin, elle echange sa place avec sa poupée qui lui ressemble comme deux goutte d'eau pendant que l'prof de latin continu son monologue ennuyeusement soporifique.

A pas de loup morgane s'echappe de la salle et avance dos courbé et en marchant sur la pointe des pieds, elle passa devant plusieurs quand... demi tour droite !

m'man sa va ? t'a l'air pensive !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Jeu 14 Avr - 11:34

Viens vite m'embrasser mon écureuil, vite.

Elle lui tend ses bras.

Nous partons demain, alors je dois te raconter notre histoire à Kev et moi ce qui t'expliquera le but de notre voyage, voila pourquoi j'étais pensive mon cœur, cela va remuer des souvenirs tristes.

On s'assoit par terre sur des coussins ? tu as apporté quelques araignées grillées ? moi, j'ai mon nougat.....Nous partagerons? Clin d'œil plein de malice.

Tu ne le sais pas, mais e suis née dans un lointain pays de l'est. Mes parents étaient de très riches fermiers et j'avais deux frères.

La région était gouvernée par un riche et dégoutant, méchant comme la peste, personnage, familier du roy.

Et sévissait aussi, dans le même temps un ignoble bandit, il volait, ils rançonnait et tuait à l'occasion. Personne ne connaissait son visage ni son nom. Beaucoup disaient qu'il portait un masque de dragon, tout rouge.

J'avais 14 ans cette année là et le gouverneur avait remarqué combien j'étais jolie.

Deux fois par an, il demandait beaucoup d'argent à chaque famille, riche ou pauvre pour payer ses guerres et ses fêtes.

Il envoya à mon père, l'ordre de m'envoyer lui porter moi-même cet argent. Mon père refusa, mes frères voulaient aller le tuer et ma mère pleurait, moi, je les regardais et je ne comprenais pas grand chose.

Mais le vieux porc ne l'entendit pas de cette oreille et il menaça de mettre le feu à toute notre maison, aux granges et de tuer les bêtes.

Alors, un main, je montai à cheval, je portait une lourde bourse pleine d'argent et j'étais entourée de gardes.

Une grande bande de bandits vint nous attaquer, mes gardes tombaient les uns après les autres, j'étais morte de peur.

Arriva un homme portant un masque rouge en forme de tête de dragon. Il tua tous les bandits les un après les autres, je ne pouvait détacher mon regard de lui tant il se battait bien au sabre.

Bientôt, il ne resta plus que moi, pas mal c'étaient enfui, les autres étaient morts.

Il s'approcha de moi et me prit dans ses bras pour me faire descendre de mon cheval. il soupesa ma bourse, puis me la raccrocha à ma ceinture. Il me remit sur le dos de l'animal et lui donna une grande claque sur la croupe pour qu'il m'emmena.

le cheval connaissait le chemin de son écurie et il y retourna. Moi, je me sentais toute bizarre, je ne pensais qu'à lui, me posant mille questions.

Mon père ne voulut pas croire à mon histoire et pourtant......

Le lendemain matin, l'aube à peine levée, j'avais tant envie de le revoir que je m'ensauvais vers la clairière où s'était produit l'attaque, je ne savais pas pourquoi mais je devais le faire.

Je m'assis au pied d'un arbre et il arriva. Il ne dit pas un mot, il s'assit à coté de moi et ôta son masque. C'était la première fois que je voyais Kev.


Tu me donnes une araignée ? je te donne un nougat.....

Elle se pencha vers elle pour lui déposer un baiser sur le front.

Je t'aime mon petit cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Jeu 14 Avr - 20:21

L'est ce mot n'avait pas grande signification pour elle puisqu'elle ne connaissait que le sud et un sentiment certain de bien connaitre l'ouest mais sans trop savoir pourquoi. Cela leur fesait un point commun elle furent adoptées par la suite mis a part que l'une se suvient et l'autre est amnésique.

-mais alors kev c'etait un ignoble bandit ou c'etait un gentil ? et puis pourquoi on va en bourgogne ? c'est pas a l'est ! si ?

Son regard glissa sur le nougat elle avait un petit creux cela tombait a pic ! il doit bien m'rester une araignée, voyons voir dans ma petite sacoche alors euh lance pierre nan, sucette a l'armagnac non plus, aaah mon peigne j'le cherchait depuis 2 semaines ah et sa ? ah voila l'airaignée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Jeu 14 Avr - 21:34

Elle dut attendre un bon moment que sa fille vide le bric à vrac que contenait son sac pour pouvoir enfin obtenir son araignée. Ce n'est pas qu'elle en avait fait son plat favori, il s'en fallait de beaucoup, mais de voir pétiller les yeux de sa fille , lui procurait son bonheur.

Un nougat pour une, une araignée pour l'autre.


Kev était un vil brigand, il rançonnait et volait tout ce qui passait à portée de sa main. L'on sut bien plus tard, qu'en fait il distribuait se qu'il récoltait aux familles les plus pauvres de la région.

Donc, le lendemain, il revint me voir et me trouva sans que nous fument donné rendez-vous. Il ôta son masque et j'eus devant mes yeux le plus beau jeune homme que j'ai jamais vu et de suite, mon cœur s'emballa et je devins amoureuse de lui. Je ne connaissais pas ce mot, j'avais toujours vécu à l'abri du monde dans la grande ferme de mon père, mais je sus que jamais, je ne pourrais me passer de le voir.
J'avais 14 ans, et sans me rendre compte, sans honte, je lui demandais son nom, lui ne disait pas un mot, il me regardait. Il murmura : Kev
et continua, toi tu es Caerellyn. Je rougis et ne compris point comment il pouvait connaitre mon nom. Cela d'ailleurs m'indifférais.On se regardait en silence, sans même se sentir gênés, nous nous sentions bien. Il sortit de derrière son dos, un superbe sabre tout laqué de rouge. Il me dit c'est pour toi. Il me montra le sien, il était le frère jumeau du mien mais tout noir.

Moi, je pris peur:

Mais que puis-je en faire, je ne sais pas m'en servir, et si je vous blessais ? Il éclata de rire. Je vais t'apprendre. Et les leçons commencèrent.

Chaque matin je continuais à me sauver de la maison dès l'aube apparue.

Petit à petit, moi qui ne l'avais jamais vu sourire, il se mit à rire quand il voyait mes bêtises mais il m'encourageait. Je faisais de grands progrès, le professeur était le meilleur


Nos sentiments changeaient doucement ce fut d'abord de la tendresse puis bientôt je compris que lui aussi m'aimait. Nous n'en parlions pas, nous nous contentions d'apprécier le plaisir que nous avions l'un auprès de l'autre.

Je rentrais toujours avant que mes parents ne furent descendus de leur chambre Ma nourrice savait, mais elle m'aimait tant qu'elle promis de me protéger.

Un matin, il arriva en tenant deux splendides poulains pr la bride, ils n'étaient pas dressés mais étaient beaux comme un chef-d'œuvre

Je lui demandai d'où il les avait eu. Sans vergogne, il m'avoua les avoir volé dans les écuries du despote. J'éclatais de rire et sautais d'un léger bond sur le dos du plus noir.

Il se défendit, lança ses pattes vers le ciel, mais petit à petit j'arrivai à le maintenir et nous partîmes au grand galop.

J'entendais Kev rire aux éclats. Et il cria, il se nomme Onyx
.

Un petit nougat ma puce? Veux-tu que l'on se fasse apporter un verre de lait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Ven 15 Avr - 19:20

Elle s'en été douté il n'y avait pas que de l'amitié entre ces deux la, elle sourit a sa mere, alors kev avait été la avant p'pa pourquoi se sont il separer il y a quelques années ? pour mieu se retrouver sans doute...doute il y en avait un autre si l'ont part en expédition en bourgogne c'est pas pour des prunes ! et si en plus m'man cherche quelquechose...peux etre quelqu'un cela se pourrait il ? non m'man n'aurai jamais laisser quelqun qu'elle aimait i y avait quelquechose de pas net dans c't histoire sa sent le roussi ! Mais au dela du fait que m'man et kev avait été des namoureux un détail surpris la rouquine :

onyx ? et ben dis donc il est vaillant et solide ! admettons..tu l'as eu poulain si tu pouvais l'monter sa veut dire que il avait environ 3 ans donc j'sais pas trop qu'elle age que t'as m'man mais vu les quelques cheveux blancs de kev qui etait un peu plus vieu que toi bon on vas ptete dire quelques années de décalage parceque t'es pas vieille et ben un cheval sa vit 20 ans si l'en a dans l'bidon, c'plus un cheval c'est the cheval de compet' !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Ven 15 Avr - 21:22

Elle éclata de rire. Seul les enfants qu'elle n'était plus, avaient le don de faire ce genre de remarque plus que logique.

Tu as raison mon ange, Onyx est vieux, ainsi qu'Aerios le cheval de Kev, puisque nous les avons eu le même jour, mais je ne veus même pas entendre parler et encore moins songer qu'un jour il ira au paradis des chevaux, il sait qu'il ne le peut tant que............... j'aurai besoin de lui. Elle n'osa pas encore dire... le temps viendrait.
D'ailleurs Aerios, le cheval de Kev à le même âge, le trouves-tu vieux?


Le valet entra, déposant par terre, devant elles, quelques douceurs de plus. Cae s'allongea sur le ventre, elle allait commencer à raconter ce qu'elle redoutait et sans cette position, peut être aurait-telle plus facile à masquer ses larmes.



Un matin, je me levai pour le rejoindre, comme d'habitude et je me sentis si mal que je vomis et vomis encore. Ma nourrice s'arrachait ses maigres cheveux.

Dieu, quand les maitres vont apprendre, ils vont me fouetter si ils ne me donne pas à manger aux cochons.
Pâle et défaillante, je ne comprenais pas un mot. Devant mon air étonné, elle me dit :

Sotte, ne comprends donc tu pas que tu attends un enfant ? La nouvelle m'assomma mis quelques secondes plus tard je caressais mon ventre avec tendresse et il me sembla être la damoiselle la plus heureuse du monde. Je me vêtit en vitesse, pressée de l'annoncer à Kev.

Je dus surmonter la colère de ma nourrice par mille cajoleries et la promesse que je reviendrais de suite, promesse que j'avais bien l'intention de ne point tenir. Envolés nausées et malaises, je ne m'étais jamais sentie aussi bien et heureuse.


J'enfourchai d'un bond mon cheval et galopai comme une folle vers lui. Étonnée, je tirai sur les rênes de l'animal, il n'était point là. j'attendis jusqu'à la fin de la matinée, il ne vint pas. Un froid glacial s'était enroulé tout autour de mes jambes emprisonnant également ma tête. La peur m'étouffait. Il lui était arrivé un malheur, jamais il ne m'aurait laissé sans nouvelle...jamais.

L'absence dura plus de quinze jours.

Mes parents fort en colère, quand ils furent au courant, m'enfermèrent à clé dans ma chambre, j'aurais voulu mourir. Ps de nouvelles de Kev et pas possible d'en avoir.

Au dehors, la vie continuait. Le despote redemanda des impôts, et une fois de plus il me réclama. Je refusai tout net, j'avais enfin compris son but, moi, je n'aimais que Kev et il était hors de question que je m'y rende. Mon père se mit dans une colère noire et me traita de tous les noms et il m'obligea à m'y rendre et sans escorte, mon honneur ne risquait plus rien me dit-il.

Un matin, je partis, seule, en larmes vers le château. Je tremblais comme une feuille dans le vent d'automne.

Plus il grandissait à ma vue, plus je ralentissais l'allure de l'animal.

Je montai les escaliers, pénétrai dans la grande salle où j'entendais des rires gras, des obscénités.

J'étais pâle comme l'albâtre, mais j'avançai, la tête haute. Je ne quittai pas du regard l'immonde despote.

Soudain, je me figeai. Derrière lui, je venais d'apercevoir Kev, vêtu de soie et de velours.









Dernière édition par caerellyn de Carpadant le Ven 15 Avr - 21:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Sam 16 Avr - 19:06

ah v'la le meilleur ! qu'est que il a apporter comme friandise ? ooooh toutes ces jolies couleurs me font tourner la tete mais ouhou je m'égare ! revenons a nos moutons, j'aime cette expression peux etre a cause des moutons avant j'avais des moutons et y'avait big sheep mon american style que j'ai du faire egorger pour recupérer sa peau ! charmant n'est ce pas ? une fois de plus je m'egare ouhou je suis distraite !

Elle reposa ses yeux curieux et brillants de malice sur sa mere quand se remit a narrer son passé, et comme si elle vivait ce qu'elle lui racontait sur son visage on pouvait lire toute sorte d'expression faciales morganouiesque. Elle ne savait pas quelle question poser en premier elle adorait les histoires et tout ce qu'elle désirer c'était de connaitre la suite !

-mais alors si on a en bourgogne c'est parce que tu veux aller chercher ton bébé que maintenant il doit plus l'etre et le ramener a la maison ! c'est sa ? mais pourquoi si vous etiez tellement amoureux pourquoi t'a epousé p'pa apres ? j'trouve aussi que p'pa l'est plus le beau mais dit c'est encore des histoires d'adultes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Dim 17 Avr - 16:04

Oui, c'est bien la vérité mon écureuil, si nous allons en Bourgogne c'est pour ........aller chercher ton frère. Tu veux bien que nous l'appelions comme ça? tu me dis, tu sais bien que je ne me fâcherai pas. En fait son nom est un nom de l'est, il se nomme Yorik.

Quant à épouser Kev, tu vas beaucoup trop vite mon ange, il faut que tu attendes la suite de l'histoire pour comprendre.

Ainsi tu trouves que papa est plus beau ?
elle sourit et l'embrassa sur sa douce joue un peu collante.

Je continue ?

Donc, à ce que je constatai, je vis Kev vêtu de brocard qui se tenait derrière le gros porc. J'ai cru mourir, et une rage m'a envahi que j'avais envie de le tuer, de les tuer tous. Moi qui l'aimais tant, il m'avait trahie.
Jamais il ne saurais que j'attendais notre fils, il ne le connaitrais jamais.
Je devins folle. Je.......pardonnes-moi mon ange, tu es grande maintenant, j'ai honte de te raconter la suite.

Je me suis collée contre le despote, pour le provoquer, il m'embrassa et me parcouru de ses sales pattes. Le bruit d'une épée qui tombe sur le sol, résonna.

L'immonde bandit se retourna et apostropha méchamment Kev car c'est lui qui avait provoqué ce tintamarre. Il glissa quelques mots à son oreille


Laisses-moi donc en profiter, elle est si belle et regardes...pas farouche.


Sans regarder, j'entendis le bruit d'une claque sur le dos du régnant. Il se retourna de nouveau, rouge de colère et prêt à frapper. Kev bloqua rapidement son bras. Et parla en sourdine.

L'ignoble individu se recula, puis me repoussa si fort que j'en tombai.

Donnes ta bourse et sauves-toi, catin, avant que je ne changes d'avis

Kev m'avait sauvé, celà ne me fit pas lui pardonner.

Je rentrai au triple galop et m'enfermai dans ma chambre jusqu'à la naissance de mon enfant. Un magnifique garçon que je nommai Yorik. Il fit la conquête de sa grand-mère, puis de son grand-père qui ainsi m'accordèrent un peu plus de liberté.

Un matin, le soleil déjà haut dans le ciel, j'entendais deux poules caqueter dans le couloir

Deux servantes jasaient de bien virulente manière. La haine et la joie se mêlaient dans leurs propos que je ne comprenais pas. Yorik dans les bras, j’ouvris la porte pour connaître la raison de cette querelle. Elles se précipitèrent vers moi enchevêtrant leur stridente voix.

«Paix, paix, vous, Agneska, dites-moi donc ce qui vous fait caqueter !»

« Dame, par Aristote, ce jour ne s'oubliera point, il se dit, par cheux nous, que le Razdyet, ce chacal puant, a crevé avec tous ses chiens enragés. Seul, un ou deux, » Elle se signa. « Que le diable les embroche et les fasse cuire pour les cochons, un ou deux se seraient ensauvés par là.» Du geste elle montra l'ouest. Elles éclatèrent toutes deux d'un rire fou et, s'empoignant vigoureusement par le bras, se mirent à tournoyer, entonnant une cantilène qui racontait avec détails à frémir, histoire de tripes et de cervelles.

Serrant si fort mon enfant contre moi, qu'il se mit à pleurer, je m’appuyai au chambranle de la porte, un froid glacial me pénétra toute. «Kev, Kev, non, pas toi,». je me mordais les lèvres au sang pour ne pas hurler. Envolé le questionnement, il fallait savoir. Je plantai Yorik dans les bras de la servante, volai vers ma chambre tout en faisant moult recommandations, enfilai des braies, une vague chemise, un surcot que je liai tout en dévalant les escaliers. Mon sabre me battait les jambes et je sentais sur ma peau la froideur du poignard
.
Sans reconnaître personne, je bousculai de violentes manières, tous ceux qui se trouvaient sur mon chemin. Mon sang battait dans ma tête tant je courrais.
«Onyx, vite.» Je sautais à cru sur son dos et le talonnais cruellement. Il fila comme le vent. J’aperçus, au loin, une nuée de corbeaux qui tournaient, tournaient sans cesse, avant que de piquer vers le sol. Je sus que j’étais arrivée. Le cheval ralentit son allure, encensa de la tête, se cabra, j’eus du mal à ne point choir, il refusait d'avancer. La cravache n'y fit rien, il hennissait de peur. Je me laissais glisser à terre. Une odeur pestilentielle me noya toute, j’étais submergée de nausées, mais, j’avançais. Une nuée de mouches tournoyait autour de moi, accentuant mon effroi.


Elle s'assit brusquement, pâle comme le marbre. Elle avait des nausées et la tête lui tournait en revivant ce cauchemar.



Dernière édition par caerellyn de Carpadant le Jeu 21 Avr - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Mer 20 Avr - 10:13

Elle l'avais prévenue l'histoire n'etais pas tres joyeuse et elle avait de la peine pour sa mère, savoir qu'elle avait autant souffert plus jeune et souffrir encore aujourd'hui quand elle se souvient c'étais terrible pour morgane alors elle serrait les dents, elle qui d'habitude est si curieuse ne trouvais pas ses mots craignant a un moment donné commetre une erreur. Alors elle l'ecoutais buvant ses parole et la fixant du regard il lui semblait meme que dans les yeux de sa mere chaques instands de sa vie qu'elle lui narrait défilait dans ses yeux, elle avait l'impression de voir la scene et de partager les meme emotions qu'elle.

mais elle s'arreta subitement de parler,

m'man ! m'man ! sa va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Jeu 21 Avr - 13:16

Elle revint brusquement de ses souvenirs en entendant la voix de son trésor.

Elle lui tendit les bras; Viens mon ange, viens dans mes bras. Elle la serra fort dans ses bras et couvrit ses joues de doux baisers.

Tu ne me quitteras pas, toi mon écureuil ? ma petite fille ? tu vas bien ? tu es pâlotte. Elle tenta de lui faire un clin malicieux. c'est une triste histoire que je te raconte, ma puce et ce n'est pas terminé, mais regardes, autant les moments passés ont été tristes, même épouvantables, mais aujourd'hui, tu es là avec moi, et avec Kev, nous allons essayer de retrouver Yorik et de se construire une belle et heureuse vie.

On se fera une bataille de coussins après?

Elle reprit sans transition

J’empoignai d'une main ferme mon sabre.
Le premier cadavre que je vis fut celui du prince. Ses yeux bovins fixaient le ciel avec un air de stupéfaction.
Un sourire carnassier éclaira, le temps d'une seconde, mon visage. Il ne torturerait plus.


L'enfer devait ressembler à ce coin de terre recouverte de pourriture.

Un à un, je les examinais, obligée, souvent, de les retourner du pied. A chaque fois je pensais voir les traits adorés, pétrifiés pour l'éternité et mon corps se figeait. La sueur me trempait toute et pourtant j’étais de glace. Point de Kev, Avais-je droit à une once d'espoir?

Après avoir visité le royaume d'Hadès, envolés les doutes, je n'étais plus qu'amour. Mort ou vivant, il m’était vital que je sache. Plus d'atermoiement rongeant le cœur et l'âme. Quoiqu'il m’en coûtât, la vie même, j’allais partir à sa recherche, arpenter chaque sentier, affronter tous les dangers, tuer sans remord pour protéger son fils car, jamais je ne laisserais Yorik en d'autres mains que les miennes.» Je tombai à genoux et, espoir insensé au cœur, je priais pour qu'un jour il connaisse son père, à moins que celui-ci n'ait enfin trouvé le bonheur. Alors, je pourrais songer à m'installer dans un endroit paisible où je pourrais redécouvrir une vie sereine et regarder mon fils , notre fils grandir.

Le lendemain matin, le bébé bien enveloppé au chaud contre moi, j'enfournai Onyx et je suis partie, sans prévenir personne.

J'ai erré durant cinq années, toujours sur les routes, très souvent attaquée par des brigands. Il ne pensaient pas qu'une frêle jeune femme puisse se battre avec tant de rage et d'habileté, ils me pensaient proie facile et se rendaient vite compte que je ne l'étais pas. Onyx emportait Yorik au loin au grand galop et revenait m'aider, il ruait comme mille diable.

Puis un jour :

……Il me cueillait des fleurs dans un champ, c’était l’été de ses cinq ans…… Sept hommes sont soudain apparus devant moi, mines patibulaires ; Je hurlais et entendis Onyx s’enfuir au galop vers Yorik, ils avaient l’habitude, l’enfant s’accrochait au pommeau de la selle et le cheval l’emportait au loin, en sécurité, puis revenait vers moi.
Je me battais du sabre et du poignard…. Une racine que je n’avais pas vue, me fit trébucher…… une bêtise….. Ma tête cogna sur un rocher ; Puis….le noir. Je me réveillais à la nuit, hurlant le nom de mon enfant…. Seul le silence répondait. Le cheval me poussa doucement du naseau, je criais plus fort, étonnée de ne pas avoir de réponse. M’accrochant à lui, je me levais….. Un liquide gluant me fit retomber…. Du sang ! Onyx était en sang. J’ai appelé yorik toute la nuit, le cherchant, fouillant à quatre pattes chaque buisson, je ne sentais plus rien, ni les ronces, ni les pierres… j’étais vide.


Elle n'en pouvait plus. Elle caressait les beaux cheveux de sa fille et lui souriait en pleurant sans que l'on entendit un sanglot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morganenn

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Lun 25 Avr - 18:32

Morgane encercla sa mere de ses bras, elle sentais les larmes qui coulaient en silence; elle ressentais sa peine. Mais tout de meme c'est a cause de kev sa ! si il avait été la yorik aurait pas été enlevé ! qu'est ce qu'il pouvait bien foutre ? Elle claqua une grosse bise sur la joue de sa mere.

T'inquietes pas on va le retrouver vivant et en bonne santé et tout il ira bien j'te le promet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caerellyn de Carpadant

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 10/02/2011
Localisation : dans son coeur

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Mer 29 Juin - 18:32

(Le temps est passé)

Elle attendait sa fille et Antoine. Des décisions d'importances étaient à prendre, il s'agissait de se rebâtir un nouvel avenir.

Ils savaient déjà où ils allaient s'installer, mais Bourgogne avant ou après ? prévenir Kev, ce qui n'allait pas sans l’inquiéter. Elle faisait entièrement confiance à son Antoine, il saurait la soutenir et prendre les décisions appropriées.

Sa fille également avait le droit de donner son avis.


Elle rêvassait heureuse mais le cœur assez serré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antoineleroy

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Le petit salon de repos   Mer 29 Juin - 19:54

D'excellentes nouvelles, voici ce qui définissait fort bien la proposition de leur très cher ami le Baron Nkhan au sein du Cercle quant à une Province leur ouvrant les bras. C'est donc l'air guilleret que le Comte rejoignit le domaine de Caerellyn, suite à la réception d'une des nombreuses lettres qu'ils s'envoyaient, afin de planifier leur avenir en commun sans oublier Morganne bien entendu...

Trois coups énergiques frappés sur la porte en bois massif, elle saurait que c'était lui de part sa signature


Toc, toc, toc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le petit salon de repos
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Caerellyn et son petit Ecureuil :: Le salon de repos-
Sauter vers: